La « VanLife », un mode de vie pour les Français en mal de liberté

Avec la crise du Covid, que ce soit en matière de mode de vie ou de voyage, les Français ont montré un intérêt particulier pour une manière de voyager plus libre et surtout plus proche de la nature. Nous sommes allé à la rencontre de Camille, une normande de 33 ans qui a décidé de ce lancer dans la « VanLife » et de partager son expérience sur Instagram. Un choix de vie qui peut surprendre, mais qui intéresse de plus en plus de Français.

  • Camille, vous avez choisi de pratiquer la « VanLife », comment définiriez-vous ce
    style de vie ?

    « C’est un mode de vie nomade, on bouge et roule beaucoup. De manière très simple, c’est le fait d’habiter dans son véhicule et plus particulièrement un van. On peut vivre de cette manière à plein temps, comme moi, ou alors seulement le week-end ou pendant les vacances, c’est assez libre. »
  • Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans la « VanLife »?
    « C’est un mode de vie qui me plaisait beaucoup, le fait de bouger, d’être libre, de pouvoir dormir dans les lieux qu’on souhaite c’est vraiment ça qui m’a attiré. C’est aussi une manière d’échapper à certaines contrainte d’une vie de maison ou d’appartement plus sédentaire.« 
  • Comment s’est déroulée votre transition vers la « VanLife »?
    « Je vivais en colocation, à la fin de cette colocation j’ai décidé de me lancer et de vivre dans mon van. Je me suis pas trop posé de questions, j’avais un van et je me suis lancé.
    Mon van était déjà aménagé, donc je n’ai pas eu besoin de le faire homologuer. Après il y a certains aspects plus compliqués. Par exemple, on n’a pas l’eau courante, on a une réserve d’eau à remplir et des eaux usées à vider. Pour avoir l’électricité, il faut soit rouler soit utiliser des panneaux solaires. »
  • Vous avez décidé de montrer votre mode de vie sur les réseaux sociaux,pourquoi?
    « J’adore Instagram, je trouve ça convivial. Cela me permet de rencontrer d’autres « VanLifers ». Je peux partager les beaux paysages que je vois et cela me permet de pouvoir entretenir un lien social, ce qui n’est pas toujours facile quand on vit sur la route. Et puis ça peut amener à de belles rencontres dans la vraie vie. »
  • Quels sont les retours que vous avez de vos abonnés vis-à-vis de vos publications?
    « C’est plutôt positif en général, les gens sont très gentils. Parfois on me demande des conseils. Il ya un vrai intérêt de la part de mes abonnées pour la « VanLife ».
  • Qui sont les personnes qui vous suivent sur les réseaux sociaux?
    « En général les personnes qui me suivent ont un peu près mon âge, entre 25 et 35 ans. Après ce sont des profils assez diversifiés. Malgré cela j’ai remarqué que c’était principalement des personnes célibataires ou en couple mais pas trop de familles. C’est des gens qui sont intéressés par la « VanLife ».
  • Aujourd’hui quel conseil donneriez-vous à des personnes qui voudraient tenter l’expérience de la « VanLife »?
    « Il faut le faire. Après c’est vrai qu’il faut aimer la nature, les grands espaces, car l’intérêt n’est pas de rester dans van. Il faut aussi être prêt à quitter une certaine forme de confort. Mais je valide à 100%. Il ne faut pas se poser trop de questions. »
  • Comment avez-vous vécu la crise sanitaire ?
    « Très bien. Pendant le deuxième confinement je suis partie en Espagne et au Portugal. Je n’ai pas eu de problème pour voyager ni passer les frontières, je suis resté libre. Je n’ai donc pas trop ressenti la crise sanitaire. Malgré cela, j’ai respecté les consignes sanitaires comme le port masque ou le couvre-feu. »
  • Comprenez-vous le fait que les Français se tournent vers un tourisme plus tourné vers la nature comme la «VanLife»?
    « Oui totalement. Personnellement je suis libre, je peux choisir les lieux ou je me rends, je
    vis au plus près de la nature. Vive la nature. »
  • Avez-vous des marques ou des entreprises qui vous proposent du contenu sponsorisé?
    « Non pas encore. Je n’ai sans doute pas assez d’abonnées. Après pourquoi pas, mais il faut que cela reste en accord avec mes valeurs. De toute manière pour voyager je suis toujours partante. »
  • Quelles sont selon vous aujourd’hui, les meilleures destinations VanLife ?
    « C’est assez vaste, aujourd’hui je suis dans les gorges du Verdon. La semaine prochaine je pense aller vers Marseille. Ce qui est bien c’est que je peux me déplacer en évitant les zones confinées. Mais ça reste en fonction des envies de chacun. Surtout qu’en général les personnes sur la route sont assez gentilles et bienveillantes. »