Pour la reprise, Strasbourg revoit sa stratégie

En cette période de Covid, l’Eurométropole strasbourgeoise est comme bien d’autres zones victime des restrictions sanitaires. En vue d’une relance du tourisme, la métropole alsacienne recentre sa stratégie.

Avant la crise sanitaire, Strasbourg recevaient plus de 4 millions de visiteurs chaque année. Cette part importante du tourisme dans l’économie locale se traduisait aussi par 14.000 emplois dans l’hôtellerie restauration, 7,5 millions de nuitées réservées par an et des recettes fiscales qui atteignaient 15 millions d’euros pour les collectivités locales. Une attractivité touristique qui avait la particularité d’être composée à 50% d’une clientèle d’affaires Internationales, Strasbourg étant l’une des trois capitales politiques européennes. Autant dire que la crise sanitaire a mis à bas une
part importante de l’économie locale.

Strasbourg, un tourisme de routine

Les équipes de l’OSTR, l’Office du tourisme de Strasbourg et sa région, ont une nouvelle présidente, Michèle Kannengieser. La nouvelle présidente de l’OSTR a confié à nos confrères de 20 Minutes son points de vue sur la situation actuelle, ainsi que se ambitions pour l’avenir du tourisme. « Une économie de cueillette dans un milieu particulièrement riche, sans se préoccuper forcément de semer, de prévoir l’année suivante » a déclaré Michèle Kannengieser à propos du secteur touristique strasbourgeois. En effet selon la nouvelle présidente de l’OSTR, à Strasbourg le tourisme reposait trop sur le patrimoine existant, et fonctionnait comme « une sorte de véritable rente de situation qui fonctionnait un peu toute seule.»

Le Covid change la donne

Avec la crise du Covid, la présidente Kannengieser a décidé de revoir la stratégie touristique strasbourgeoise. L’ORTS mise ainsi sur une offre touristique diversifiée, mettant en avant de nouveaux acteurs et élargissant l’axe géographique.

Dans l’optique d’une reprise du secteur, l’ORTS souhaiterait élargir sa réflexion en incluant dans sa stratégie les acteurs de l’hôtellerie et de la restauration ainsi que les populations concernées. Ce travail se fera à travers quatre commissions de travail.

L’ORTS souhaite aussi inclure dans sa stratégie d’autres lieux, cela se fera par la mise en place d’un «rectangle de 250 Km » incluant tout le bassin rhénan ainsi que des villes allemandes comme Bâle ou Baden-Baden. Le tout permettra, selon le souhait de Michèle Kannengieser, d’aller vers un tourisme « plus durable, plus inclusif et plus diversifié ».

Crédit : www.hotel.com