L’été, une planche de salut pour le tourisme en montagne ?

Massif de Flaine en haute Savoie

Après deux saisons hivernales catastrophiques, les acteurs du tourisme montagnard n’attendent qu’une chose : la reprise. En attendant une sortie de crise et une reprise de l’activité, les professionnels du tourisme et des loisirs ont dû s’adapter. 

En février dernier, le gouvernement annonçait que les remontées mécaniques resteraient fermées lors des vacances scolaires d’hiver. Coup dur pour les stations de ski. Un coup dur d’autant plus important que les stations du voisin suisse et leurs remontées mécaniques restaient ouvertes. Cette fermeture des remontées, indispensable à la pratique du ski, a forcé les opérateurs de tourisme en montagne à revoir leur copie. 

Pour comprendre la situation, nous sommes allés à la rencontre de deux responsables d’offices du tourisme en Montagne. Philippe Poettoz, Directeur de l’office des Carroz en Haute Savoie, et Eric Bouchet, Directeur général de l’office du tourisme de Sanssy qui ont eu la gentillesse de répondre à nos questions. Le Sanssy et les Carroz étant deux territoires aux caractéristiques et aux reliefs différents, il est intéressant de noter que tout deux témoignent d’expériences relativement différentes. 

Une saison hivernal contrasté

Malgré la fermeture des remontées mécaniques et le coup d’arrêt subi par les opérateurs du tourisme de montagne, les activités ne se sont pas arrêtées pour autant. Dans le Puy-de-Dôme, pour l’office de tourisme du Sancy l’hiver 2021 n’a pas été une saison pour rien. Comme l’explique Luc Stelly, le Sancy a pu bénéficier d’une forte fréquentation malgré l’arrêt des activités en lien avec le ski. Selon le directeur de l’office de tourisme du Sancy, les pertes liées à la crise « varient selon le secteur d’activité. » Par exemple, si toutes les activités liées au ski ont dû fermer, les restaurants, et les activités mettent en avant l’ « ambiance montagne » sont restées accessibles à tous les visiteurs. Des activités accessibles qui permettent au directeur de l’office de tourisme de constater que « ça n’a pas été une année morte pour le Sancy. » Cependant, ce constat est à relativiser, avec la fermeture des structures en lien avec le ski, le Sancy a perdu une grande partie de sa clientèle groupes. En effet, sans ski, centres aérés, écoles et autres comités d’entreprise ont fait partie des grands absent de cette saison hivernale 2021.  

Aux Carroz en Haute-Savoie, l’hiver a été diffèrent. En effet, dans la station savoyarde, les activités en relatives au ski alpin représentent une part non-négligeable de l’activité économique de la station. Selon Philipe Poettoz « 1 € dépensés dans les remontées mécaniques, ce sont potentiellement 6 € injectés dans l’économie locale.» Avec une telle attractivité autour des remontées mécaniques et le ski alpin, leur arrêt l’hiver dernier a provoqué près de 80 millions d’euros de pertes. Ces pertes s’accompagnent aussi d’un taux d’occupation en recul constant. En février, le taux d’occupation de la station était de 60 %. Dans une telle situation, la direction de l’office de tourisme a dû faire des choix et composer avec les restrictions sanitaires. Ainsi, cet hiver, les Carroz ont fait la part belle au ski de randonnée, aux balades en raquette et au ski de fond qui a enregistré une augmentation de 50 %. Des activités qui même si elles étaient disponibles, étaient aussi sous le coup de restrictions. Aux Carroz, les activités étaient plafonnées à une jauge de 6 personnes. Malgré cela, pour le patron de la station savoyarde, « le ski alpin reste vital. »

Paradoxalement, si les restrictions ont fait chuter la fréquentation et les revenus, elles ont aussi fait baisser les prix. Grâce à des tarifs réduits, les Carroz ont pu observer un changement dans la clientèle. Une clientèle française et plus proche avec des moyens parfois plus limités. 

L’espoir estival

Après une période hivernale plutôt morose, Philipe Poettoz ne mise pas tout sur la saison estivale. En 2020, la fin de l ‘été avait été une belle surprise pour les hôteliers des Carroz. Cette année, l’été s’annonce encore très intéressant aux Carroz/ Les grands groupes hôteliers frisent d’ores et déjà les 80 % de remplissages pour ce mois d’août. Une saison estivale qui sera l’occasion de poursuivre des expérimentations ludiques autour des activités de la montagne. 

Malgré cela, Philipe Poettoz reste sur ses gardes. Avec l’émergence du variant Delta et les incitations à ne pas voyager en dehors de l’hexagone, la clientèle pourrait encore une fois être au rendez-vous de la montagne cet été. Cependant, avec l’instauration du pass sanitaire, la menace des annulations de dernière minute pèse sur le secteur.  

De son côté, le directeur général de l’office de Sancy considère la saison estivale comme essentielle à l’activité annuelle de son territoire. En effet, l’été au Sancy représente 65 % de l’activité annuelle. Autant dire que c’est maintenant que les choses sérieuses commencent. Après un renforcement de la fréquentation lors de l’été 2020, la station s’attend à une hausse de 10 % de l’activité lors de la saison estivale 2021. 

Avec ou sans reprise du tourisme en montagne cet été, un constat s’impose, la crise sanitaire a lourdement impacté le secteur de la montagne et a poussé les différents acteurs a envisager leur activité d’une manière différente.