Les français partirons en vacances de février malgré Omicron

Des enfants en vacances durant le mois de février 2022

Un sondage en ligne réalisé du 10 au 14 janvier dernier, par VVF Ingénierie (cabinet-conseil spécialiste d’études et de conduite de projet d’équipements touristiques durables) auprès de 3 928 français âgés de plus de 18 ans montre que les Français partiront coûte que coûte pour les vacances de février. Les questionnaires ont porté sur les motivations ou les réticences des personnes à partir pour les vacances qui vont commencer ce samedi 5 février pour la zone B.

D’après cette étude, le risque de contamination sur les lieux de vacances ne constitue plus un obstacle pour la majorité des français. Cette année, seuls 10% des sondés considèrent encore ce facteur comme un frein à leur départ, contre 37% lors des dernières vacances de noël et 54% au printemps dernier.

Et pourtant, les effets de la pandémie se font encore sentir sur le plan sanitaire, mais aussi économiquement en freinant la reprise. En cause, le risque de non remboursement des séjours en cas de mesures restrictives de déplacement pour 50% des personnes interrogées. 39% d’entre elles ont mentionné la fermeture des stations de ski et 23% craignent un reconfinement pendant cette période.

Budget vacance entre 200 à 500 euros par personne

En fin de compte, ce sont les préoccupations courantes des vacances qui ont repris le dessus comme le budget, cité par 41% des sondés (premier élément à prendre en compte pour choisir sa destination). Plus de la moitié (52%) des français prévoient de dépenser entre 200 et 500 euros par personne pour une semaine. Dans une optique de restriction budgétaire, l’étude menée par VVF Ingénierie a également montré que 51% des français pensent réduire leurs dépenses de restauration, 28% leurs dépenses d’hébergement et 26% leurs dépenses de sports et loisirs.

Concernant les préférences, les résidences et villages de vacances – où tout est compris – regagnent le cœur des vacanciers interrogés (51%) comme avant la crise sanitaire. 26% préfèrent louer à des particuliers ou en ligne sur des plate-formes de réservation. On note aussi une montée de 3 à 8% des préférences pour les hôtels, et parallèlement, une baisse de 23 à 15% pour les vacances chez des amis ou de la famille.